Trop belle l'histoire !

Pignan est une charmante petite bourgade du Languedoc située non loin de Montpellier que rien ne distinguerait des autres communes de l'Hérault si elle ne comptait pas parmi ses habitants un petit joyau.

Elle a pour prénom Orianne, qui veut dire "en or" en latin et qui, selon les critères établis, est une femme décidée, volontaire et énergique, autant d'indices que l'on va retrouver chez elle.

Le décor une fois planté, découvrons cette pignanaise prénommée Orianne.

Elle est donc née à Pignan en 1989 avec une malformation congénitale se traduisant par l'absence de fémur à la jambe droite.

A seize mois on lui fabrique une prothèse qui lui permet de faire ses premiers pas en même temps que son frère jumeau. La jeune fille fait preuve de tempérament: "Cette prothèse, je la porte du matin au soir. Je l’attache comme on met une botte. Ca va très vite. Je suis très à l’aise avec".

Elle suit une scolarité normale mais est très vite confrontée aux regards des autres : "Je remercie mes parents de m’avoir fait suivre un parcours classique parce que ça m’a montré ce qu’était la vie. Je me sens plus forte".

A 14 ans elle assiste à une course de l'athlète handisport  Dominique André, originaire d'Alès, nous avions le même prothésiste, Patrick Ducros et il m'a donné l'envie de courir.

Un an après elle décroche son premier titre de championne de France...au lancer du poids.

Tous les ans Orianne progresse et gagne des titres mais sa première grande médaille viendra en 2009 où en Suisse elle devient championne du monde du 200 m

des – 23 ans.

Elle accumulera alors les heures d'entraînements (18 par semaine) en vue des Jeux Para-olympiques de Londres. Malheureusement sa discipline favorite, le 200 m n'est pas au programme, elle participera donc au 100m où elle terminera 9ème et même pas amer : " Je n’étais pas déçue et même plutôt heureuse par rapport à mon chrono, j’ai fait le meilleur temps de ma saison".  Du béton c'est fille là !

Parallèlement à ses activités physiques Orianne poursuit ses études, et là aussi brillamment, elle est en cinquième année de médecine et vient de terminer Major de sa promotion, c'est une coriace : " le sport m’a toujours aidé à être bonne à l’école. Je n’ai jamais pu partir faire du sport l’esprit tranquille avant d’avoir appris mes cours. Et sans le sport, je n’aurai peut-être pas non plus réussi mes études aussi bien. Les deux sont très complémentaires" .

Orianne aimerait bien ensuite intégrer l'équipe de France handisport, mais cette fois ci côté médecine, nul doute qu'elle y arrivera.

Mis à part ça Orianne comment tu occupes le peu de temps libre qu'il te reste :" Il faut parler du handicap, il ne faut pas avoir peur de la différence. C’est pour ça que j’essaie d’agir à ma manière en participant à des conférences".

Comme si ses occupations n'étaient pas suffisantes, Orianne, qui a été élue conseillère municipale de Pignan, participe à chaque fois qu'elle le peut aux délibérations en mairie.

Orianne, une fille en Or, décidée, volontaire et énergique, la boucle est bouclée.


Remerciements au journaliste Tony Duret de « Objectif Gard » auquel nous devons cet article.



ce site a été créé sur www.quomodo.com