Nos joueurs préfèrent les grosses

Les grosses équipes cela va de soi !


Après Vendémian et ses douze titres de champions de France, le second déplacement va les conduire à Gignac l'Hérault, douze titres également, de quoi faire des cauchemars !

Pour avoir des informations sur le passé du club nous nous sommes adressés à un ancien, Gilbert Lhubac, ancien secrétaire de la Fédération du Tambourin, Gignacois de toujours.

Si  Gilbert Lhubac en connait un rayon sur le tambourin dans le Languedoc il ignore la date exacte de la création du club de Gignac. Ce qu'il sait en revanche c'est que son père, André, jouait comme cordier en 1945 et qu'il est ensuite devenu secrétaire du club en 1947.

Avec une pointe de regret dans la voix il nous explique comment il n'a pas fait une grande carrière dans ce sport:" Je commençais juste à jouer au tambourin lorsque je suis monté à Paris travailler à la poste, j'y suis resté plus de vingt-cinq ans, après c'était trop tard".

Gilbert Lhubac a ensuite tenté de créer une revue du tambourin: "Les gens s'en foutait, tout ce qu'ils voulaient c'était jouer, le reste, les résultats, les classements ne les concernaient pas".

Notre postier a bien connu les joueurs qui ont fait la réputation du club dans les années 50-60: "Nous avons eu plusieurs internationaux, André Servel à la corde, Yves Maury, le tiers, Claude Barral, le frère de Guy Barral qui jouait au fond, le docteur Robert Souchon qui a été président de la Fédération mais le plus doué était pour moi André Fraissinet. Je me souviens d'une réflexion que faisait mon père concernant l'équipe de France, "ils" n'ont pas besoin de faire une sélection, "ils" n'ont qu'à prendre l'équipe de Gignac".

C'est dire si cette équipe était forte, Gignac est d'ailleurs un des trois piliers fondateurs du jeu du tambourin avec Pézenas et Montpellier.

Allez monsieur Lhubac, encore une petite anecdote pour la route: "Je me souviens très bien de certaines rencontres épiques comme celles disputées à Tourbes près de Pézenas, à ce moment là on ne disait pas je vais jouer contre Tourbes mais contre Milahe, le batteur de l'équipe de Tourbes. Et chaque équipe était désignée ainsi par le nom de son batteur".

Sans doute intéressé par la conversation, Gilbert nous en glisse une dernière concernant Guy Barral, le père de Bernard l'actuel président de la Fédération Française et Internationale du Tambourin mais aussi batteur de l'équipe de France: "Guy avait la particularité d'être à la fois batteur et cordier, aussi il changeait de place en fonction du service".

Il était temps pour nous de revenir sur l'époque actuelle avec le président Mathieu Vidaller: "Nous avons conscience d'être un petit club malgré nos 70 licenciés mais seulement trois dirigeants. Ce n'est pas grave, ici c'est familial, nous n'avons pas de problème, on gagne, on perd, nous ne faisons pas la course aux titres".

C'est tellement vrai que Mathieu n'est pas capable de nous dire combien de fois Gignac à été champion de France:" Douze fois, c'est bien" et rien de plus.

Info ou intox, Gignac a quand même remporté ses deux premières rencontres et ne nous fera pas de cadeau samedi, normal dans un sport de haut niveau. 

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com