De la pure folie !

Jouer une rencontre de ce niveau avec des conditions atmosphériques pareilles tient de la folie. Pourtant aucune chaîne de télévision n'a fait pression pour que le match ait lieu, seule une dizaine de mordus du tambourin avait envie d'en découdre, Laurent Amet, le président de Florensac a déclaré: "Il faut être fou pour jouer dans des conditions pareilles".


Et le match allait être aussi fou que le temps, après un départ canon, ou un départ raté de l'équipe adverse, Florensac menait 7 à 1, Cédric Petit qui officiait à la touche pour notre équipe n'en revenait pas: "Je n'avais jamais vu nos joueurs aussi mauvais, je pensais que resterions à 1, d'un côté nous aurions regagné les vestiaires plus vite car déjà nous étions trempés de la tête au pied".


Déconcentrés peut-être par ce début de match les locaux laissaient un jeu, puis deux, nous tournions à  8 - 4, une situation presque inespérée pour le coach Philippe Gouneaud: " On ne pouvait pas faire pire, nous sommes passés du stade à rater toutes les balles à celui d'en remettre quelques unes, évidemment ça change beaucoup de choses".

Le score évoluait doucement en notre faveur, Jeannot Gouneaud qui en a vu d'autres , y allait de son couplet:  "En perdant 7 à 1 on ne peut plus gagner un match". D'accord mais on peut ne pas  le perdre !

Les joueurs tournaient à 9 - 6, les pennois grignotaient encore un peu de terrain, 10 à 8 mais la fin du match approchait... Les locaux restaient englués à 10, le TCPM arrachait l'égalité,  10 partout, puis 11 partout. L'émotion était à son comble lorsque nos guerriers de pennois prenaient l'avantage à 12, ils ne voulaient pas perdre cette rencontre, Florensac non plus, finalement les deux équipes se quittaient sur ce match nul de 12 à 12.


Avec ce bon résultat, mais surtout la force de caractère de ces joueurs qui n'ont jamais baissé les bras, notre équipe commence à être prise en considération par nos adversaires. Pour preuve cette déclaration d'un joueur d'une autre équipe du championnat qui connait bien les pennois: " Franchement je ne les croyait pas capables de faire de tels résultats, s'ils continuent ils vont se maintenir".


Cela s'appelle du respect, à nous de continuer de nous faire respecter dans les autres matchs, à commencer  mercredi contre Notre Dame de Londres.

Même les couleurs ont disparu !
ce site a été créé sur www.quomodo.com