T'as voulu voir Cazouls et on a vu Cazouls...

La défaite était prévue, la déculottée non !

 C'est pourtant la seule façon de bien mesurer la différence entre une bonne équipe du championnat (la nôtre) et le gratin du tambourin. A voir les joueurs de Cazouls déambuler à l'heure de l'apéro nous avions du mal à croire que ces hommes étaient des terreurs sur le terrain. Des gens normaux qui ont apprécié l'excellente paëlla de notre ami Charles Cortes, des gens ordinaires qui deviennent extraordinaires dès qu'ils se saisissent du tambourin.

Que dire de Jérémy Hernandez lorsqu'il prend le battoir en mains, ses balles arrivent à une vitesse phénoménale au point que Kévin, pourtant le plus régulier de nos joueurs depuis le début de la saison, a mis plus de balles hors des limites du terrain dans les trois premiers jeu que dans tout le match contre Notre Dame de Londres. Kévin a eu aussi la frayeur de sa vie lorsque sur un service de Jérémy la balle a emporté le parapluie de ses parents, un peu plus bas et il fallait appeler le SAMU.

Voila pour le batteur, international il va s'en dire, d'ailleurs tous les  joueurs de Cazouls ont porté le maillot tricolore, l'autre joueur de fond, Alexandre Pierron n'est pas mal non plus. Capable d'attaquer du fond du court, il a remis toutes les balles dans notre camp, avec force qui plus est. Un mur, et contre un mur vous êtes toujours perdant !


T'as voulu voir Pierron

Et on a vu Sanchez...


Des cordiers nous en parlerons peu, Nicolas Archambeau et Jérômr Gay, tout simplement parce que nous les avons peu vu. Les rares balles qu'ils ont eu à négocier l'ont été parfaitement, sans tambour ni trompette, juste au son du tambourin.

Nous avons gardé pour la bonne bouche le tiers, Julien Sanchez, un colosse qui a pourfendu nos lignes à maintes reprises. Patience et précision font plus que force ni que rage, l'adage (approximatif) de La Fontaine s'est encore vérifié dimanche, nous allons devoir nous montrer plus patients dans les échanges.

Si la rencontre disputée sous la pluie devant une cinquantaine de spectateurs (quand même) aura été enrichissante, que dire de l'après match, un pur délice. Le débriefing de René Pierron, le père d'Alexandre et de Yohan, le joueur vedette de Vendémian qui régale l'Italie, aurait mérité d'être enregistré.

Extraits: "Nos joueurs pensaient être tellement forts qu'ils en ont oublié de s'entraîner et nous avons pris la claque de Cournonterral en pleine figure. Depuis ils ont repris le chemin du terrain quatre fois par semaine...sans compter les matchs de football, le dimanche ils jouent en DH".

Julien Sanchez n'était pas avare de conseils envers nos joueurs, surtout les cordiers: "Vous resserrez trop vite votre place au centre, sur les côtés vous laissez des boulevards, c'est facile après de marquer rapidement".

Jérémy Hernandez, le batteur, n'était pas content de sa prestation: "Avec la pluie j'avais du mal à tenir le battoir, il me glissait dans la main,  j'ai dû assurer".


Pas très rassurant pour notre déplacement à Cazouls fin juillet où en principe il fera chaud et où le terrain sera encore plus large.



De toute façon nous ne pouvons guère faire plus mal, espérons que d'ici là notre équipe saura profiter des conseils des joueurs de Cazouls qui sont repartis comme ils étaient venus, en prenant le soin de saluer tout le monde, le mot de la fin revenant au coach, René Pierron envers l'autre coach, Philippe Gouneaud: "Avec le bon départ que tu as pris cette saison tu vas te maintenir".


Salut les gars et merci pour la leçon.

ce site a été créé sur www.quomodo.com