Records battus!

La réunion du 19 août a été exceptionnelle et ce à plusieurs titres.

D'abord par le nombre de personnes absentes mais excusées, Hélène pour raisons personnelles, Christian en voyage au cœur de la France profonde, Sylvain en stage pour son code moto, André qui a pris une semaine de vacances, Jean et Josette en goguette de Pigalle à Montmarte avec leurs deux petites-filles Marie et Naïs.

Autant dire que l'on s'attendait à une réunion décapitée, il n'en fut rien, le record de présents a été pulvérisé, nous étions 18 à nous entasser dans le local devenu un moment genre boîte à sardines.

Philippe ne viendra qu'avec 59' de retard, pas de record, seulement le deuxième meilleur temps de la saison, mais accompagné de sa chère et tendre épouse. Plus Belle la Vie quand les enfants ne sont pas là !

En attendant, et pour bien inaugurer le difficile mois qui précède le Mondial, nous avons patiemment pris l'apéro, enfin pas tous...

Nos deux beaux bébés, Loïc et Mikaël se sont déguisés en hommes de ménage, nettoyant à grands coups de frottoir une douche qui n'en avait plus que le nom. Agnès de son côté se chargeait du frigo et de l'évier, Céline et Marie Jo de la table que l'on devinait à peine sous des monticules de papiers et autres restes de la rencontre de la veille.

Le grillage entourant le terrain ayant subi les outrages de quelques vandales, Philippe Cicconardi a patiemment recousu les plaies, seules les cicatrices sont encore apparentes.

Contre toute attente, à son arrivée, Philippe ne se dirige pas vers le bureau mais au contraire nous demande de venir avec lui pour mesurer. Mesurer quoi ? Le mystère est à son comble ! Nous nous dirigeons dans le désordre le plus parfait vers le Groupe Scolaire Castel Hélène, JP, toujours aux derniers rangs, animant joyeusement cette marche impromptue. Là, Philippe tend à chacun un dossier et nous demande de donner notre avis sur la structure gonflable la mieux adaptée au site.

Vu de loin il ne nous manquait plus que le casque sur la tête pour ressembler à une visite de chantier. Et l'architecte qui va avec ! Elle n'allait pas tarder à arriver accompagnée de ses deux fils, Alex et Hendrick, la bande était au complet, nous pouvions commencer les travaux.

Mesurer la largeur d'une rue lorsque l'on a pas l'habitude n'est pas chose facile. JP, en fin bouliste qu'il est, en quelques enjambées a donné son verdict, « il y a plus de sept mètres », Gérard, qui a des jambes plus petites, en comptait six. Tout allait être réglé lorsqu'un double-mètre, sorti de nulle part rendait sa sentence, 6m50, les deux avaient raison. Ou pas tout à fait tort !

Il était temps de rentrer « à la maison », la cloche du village avait déjà sonné 20h30 depuis belle lurette.

Josi écrasait une dernière cigarette, Bernard confirmait en levant sa chemise qu'il avait bien perdu quelques kilos, nos deux douaniers, Yvan et Fred, n'en finissaient plus de commenter les derniers potins de l'aéroport, la réunion pouvait enfin commencer.

Philippe brossait rapidement le tableau des équipes fermement engagées, le plateau sera encore très alléchant cette année.

Avant il avait eu connaissance des Travaux d'Intérêt Généraux effectués spontanément par nos hommes et femmes de ménage et les avait remercié sous les applaudissements nourris de ceux ayant échappé à cette corvée.

Un point qui n'était pas à l'ordre du jour consacré au Mondial était pourtant soulevé, les licences pour la saison à venir. Les dirigeants seront très stricts cette année, pas de licence (certificat médical et règlement) pas de match !

A propos des petites phrases assassines que vous aimez tant, en voici une de Philippe Cicconardi.

Alors que Bernard voulait prendre la parole au sujet des licences, Psyco le coupait net : »Pourquoi tu parles, ça fait quatre ans que tu n'es plus là » !

Hilarité générale, le ton était donné.

Il fallait bien un jour ou l'autre évoquer l'épineux dossier de la compositions de nos équipes pour le Mondial. Tellement épineux qu'il a été repoussé au 1er dimanche de septembre au moment du repas qui suivra un mini tournoi de mise en jambes.

Repoussé car à peine abordé suite à une nouvelle sortie rigolote de Psyco, très en jambes et en langue ce lundi soir :  »Le monsieur tout chauve là bas, il aimerait bien jouer où il veut aussi ».

Yvan, puisque c'est de lui dont il s'agit, a rétorqué gentiment qu'il n'était pas chauve mais largement dégarni.

Après quelques détails vite réglés concernant le dépliant, la parole était donnée à Josiane pour la confection des récompenses. Crise oblige, elles seront peut-être un peu moins volumineuses que les autres années mais toujours aussi bien présentées.

Nous parlions au début de record, en voici un qui ne risque pas d'être battu de sitôt.

Alors que nous dégustions les tomates du jardin de Philippe préparées avec amour par Chantal, que le pâté nous tendait les bras et que le jambon cru nous forçait l'admiration, JP, dans son coin, ne mangeait pas. Rien, nada, puisque le mondial sera à l'heure espagnole cette année, je le soupçonnerais volontiers de commencer un régime pour la venue des belles italiennes, espagnoles ou hongroises, pas vrai JP !

Après avoir fait disparaître le fromage et la tarte aux pommes la séance était levée, rendez-vous le jeudi 29 à 19h00.

Réservez vos places !


Les photos


ce site a été créé sur www.quomodo.com