Une belle victoire...pour rien ?

Pourquoi ne pas avoir joué de la sorte tous les matchs de championnat de cette façon ?

Nous ne serions pas là à faire des comptes d'apothicaire mais déjà sauvés depuis belle lurette.

Reprenons depuis le début : Après avoir marqué le premier point nous tournons à 2 à 1 en notre faveur avant de commencer une longue période de doute et d'imprécisions. Menés 2 à 3 nous avons une balle d'égalisation que nous gaspillons, Poussan va s'envoler, 2-4, 3-6, 5-7, le match semble plié.

Nos joueurs trop fébriles sont souvent les premiers à 45 mais perdent le point. Le coach, Philippe Gouneaud recadre son équipe, leur demande d'être plus patients dans l'échange mais surtout de boire, la chaleur est étouffante.

Sylvain, qui a commis beaucoup de fautes directes jusqu'alors, remet les balles proprement, laisse d'avantage ses partenaires du fond prendre des risques et la tactique s'avère payante. Le TCPM commence une incroyable remontée.

Sur le bord de touche JP ne tient plus en place, les supporteurs veulent y croire et les pennois jouent de mieux en mieux.

En trois points ils remontent leur handicap et prennent l'avantage (8 à 7), de l'autre côté les poussanais accusent le coup, la fatigue commence à se faire sentir.

Nicolas Chiapello, le capitaine de Poussan, qui a bien battu jusqu'alors, laisse sa place à Jean-Michel Barral, ce changement ne donnera rien, les Pennes ne lâche pas prise.

Loïc Di Méo, jusqu'alors discret, se déchaîne, inscrivant plusieurs beaux points, Poussan est asphixié, nous tournons 11 à 8.

Plus rien désormais n'arrêtera les pennois qui terminent en boulet de canon en marquant les deux derniers points pour s'imposer 13 à 8.

La joie des joueurs fait plaisir à voir, ont-ils même seulement conscience d'avoir réaliser le meilleur de la saison ?


Demain commentaires et réactions.

ce site a été créé sur www.quomodo.com